#

Sénégal : une ruée vers l’or dans l’est du pays

La fièvre de l’or frappe au Sénégal, plus précisément dans l’est du pays à quelques dizaines de kilomètres de la frontière malienne autour du village de Sambayaya. Depuis le début de l’année, une foulée de personnes s’agglutine sur les rives de la rivière Falémé cherchant vainement à trouver du métal précieux. Une ruée vers l’or comme le décrit le site de reportages Roads& Kingdoms.

Le nom du village est devenu comme un mot magique pour la population locale. Dès qu’on entend « Sambayaya », on fait référence à cette fortune de richesse qui fascine aussi bien les habitants que les migrants venus au Sénégal pour exploiter ces terres.

Une découverte fascinante

La découverte de sites préhistoriques, de ruines ou de trésor sont généralement faite par des bergers errant dans la nature à surveiller leurs troupeaux. Ils parcourent chaque parcelle du périmètre aux côtés de leur bête. C’est d’ailleurs ce qui s’est passé à Sambayaya. En pleine nature, un berger arpente la brousse et tombe sur des pépites d’or qu’il a pu échanger à 990 dollars. La nouvelle s’ébruite rapidement et tout le monde s’y met. La ruée vers l’or enfièvre ainsi les habitants de la région.

Sambayaya, une nouvelle mine d’or à exploiter

A ce jour, plus de 7.000 personnes vont sur place à la recherche de l’or. L’est du Sénégal devient la terre promise des pays avoisinants. Il accueille, entre autres, des migrants venant du Mali, de la Côte d’Ivoire, de Guinée et de l’ensemble de Sénégal. Malgré la précarité des conditions de sécurité, les hommes creusent à ciel ouvert.

« Les jeunes hommes qui manient les machines pour forer le sol ne sont pas employés par des entreprises minières. Ils ont eu, comme des milliers d’autres, connaissance par la bouche à oreille l’existence du site et travaillent pour eux-mêmes sur place en espérant trouver assez d’or pour gagner plus d’argent que chez eux » pouvait-on lire sur le site Roads & Kingdoms.

En outre, le revenu moyen de ces ouvriers est relativement supérieur à ce que les mineurs perçoivent dans le secteur minier, soit, entre 4 à 7 dollars. A la revente, 5 grammes d’or vaut 160 dollars environ.

L’existence du site profite au village

Effectivement, les villageois de Sambayaya sont les premiers à profiter de la situation. L’or extrait de la mine est taxé, une initiative mise en place par le chef du village. En matière de commerce, les cartes téléphoniques sont vendues à un dollar plus cher par unité, ce qui est assez récent.

A vouloir exploiter cette nouvelle mine, les mineurs courent des risques énormes. Etant donné que la température locale peut monter jusqu’à 50°C, on vous laisse imaginer ce qu’elle en est dans les étroits couloirs du site. Sans parler de la sécurité sur place, comme les risques d’effondrement dans les galeries alors qu’ils sont des dizaines à se relayer sous terre.

Laisser un commentaire