#

Le métal rouge dans tous ses états

Le métal rouge, plus connu sous l’appellation cuivre, est, comme l’or,  l’un des seuls métaux à être naturellement coloré. A usage diversifié, le cuivre est le métal le plus ancien métal découvert et exploité par l’homme. Présent dans la nature dans sa forme natif, c’est un élément chimique métallique de numéro atomique 29 et de symbole Cu.

Un métal à multiples caractéristiques

Copper_just_above_its_melting_pointA l’état pur voire sans alliage, il résiste à la corrosion et possède une forte malléabilité de par sa capacité ductile. D’ailleurs, il est s’allie facilement avec de nombreux métaux. A l’état liquide, le cuivre apparaît verdâtre à faible luminosité tout comme l’or.

Dans sa composition, le métal rouge présente 4 états d’oxydation mais seuls les deux d’entre eux sont les plus fréquents parmi lesquels le cuivreux monovalent et le cuivrique divalent (souvent rencontré dans la vie courante) qui constitue le dépôt de couleur vert donnant l’aspect spécifique aux toits ou coupoles des vieux bâtiments.

Il faut reconnaître que le cuivre nous offre des éléments indispensables que nous rencontrons dans la vie quotidienne sans qu’on se rende compte ; un instrument de musique, un objet d’ornement, des bijoux et bien d’autres encore. Ce métal rouge participe pleinement à la vie de l’Homme comme pour la plupart des plantes, animaux, et microorganismes du fait de son utilité biologique.

Le cuivre tient aussi une grande place dans diverses applications biomédicales.  En effet, possédant des propriétés biostatiques, l’utilisation du cuivre sur certaines parties des navires démontra la capacité de ce métal à lutter contre les anatifes et les moules et il est aujourd’hui employé en tant qu’algicide et fongicide.  Le métal rouge est aussi utilisé comme poignet de porte dans les hopitaux et dans l’industrie textile  pour ses capacités de protection antimicrobiens.

Le cuivre au fil des temps

moulesSon histoire remonte à la première moitié du cinquième siècle avant Jésus-Christ, le cuivre faisait partie des plus anciens métaux utilisés par l’homme. On le retrouve dans les laves basaltiques sous forme de porphyre de cuivre, le dépôt plus important se situe dans les Andes au Chili.

Cette matière découle principalement de la chalcopyrite, la bornite, des sulfures doubles de cuivre et de fer. Au dix-septième siècle, le cuivre était considéré comme un trésor national au Suède, la monnaie en papier était même garantie par sa valeur.

En matière d’art, les sculpteurs de la Renaissance ont été les premiers à le décomposer. De nombreux statut ont été conçus en cuivre, à ne citer que la plus célèbre connue de tous à New York qui est la statue de la liberté.

Une capacité de conductivité impressionnante

cuivreCe métal rougeâtre détient des conductivités électrique et thermique culminantes.

Il est d’ailleurs de la même famille que l’or et l’argent. Dans les industries comme dans les grands bâtiments, les barres de distributions électriques sont construites en cuivre.

Ce dernier est classé deuxième après l’argent en matière de conductivité grâce à tous ses électrons de valence qui prennent part à la conduction.

Ces électrons libres accentuent une importante propriété de charge.

Le marché du cuivre, menacé !

Depuis quelques temps, le marché du cuivre connaît un nouveau visage car il s’avère plus faible qu’auparavant. Son prix a chuté de 5% dû à la faible demande d’où 7.540 dollars le tonne équivaut à un prix de trois mois sur le LME. Cette tendance pourrait connaître une légère progression mais à courte durée.

Les 40% de la production mondiale reviennent à la Chine, ce qui classe le pays au premier rang de consommateur de cuivre. Au niveau de la production mondiale, les principales sources de cuivre sont effectivement la Chili et les Etats-Unis où l’on trouve des minéraux importants de sulfure de cuivre appelés chalcosite et covellite.

Laisser un commentaire