#

Le prix du platine au plus bas depuis cinq ans et demi

Après l’or, le platine est le métal le plus précieux des métaux de par sa caractéristique inaltérable à l’air. Ce métal est notamment utilisé dans l’industrie comme catalyseur ainsi qu’en bijouterie. En outre, le mètre étalon et ses copies sont réalisés en platine iridié, un alliage qui constitue 90% de platine et 10% d’iridium. Malgré le fait qu’il soit précieux, son prix a considérablement chuté sur le marché des métaux. Le lobby du platine a beau annoncé que la production sera inférieure à la demande, mais il n’a pas pu soutenir les cours. D’ailleurs, il a récemment atteint son plus bas depuis cinq ans et demi où l’once valait moins de 1.100 dollars, soit, deux fois moins que début 2008.

Des stocks en quantité

La demande était très forte à un moment, d’où les stocks physiques de platine accumulés sur le marché. En fait, ces stocks constituaient les produits financiers à cette époque, c’est-à-dire, les ETF ou trackers, mais cela n’a pas duré. En conséquence, les investisseurs se sont détournés des matières premières et depuis, le marché du platine traîne ses stocks. Pourtant, trois-quarts de la production mondiale a déjà baissé l’an dernier avec les grèves dans les mines. Néanmoins, l’extraction va redevenir normale cette année.

Le catalyseur en platine, remplacé par du palladium

platinium

Il est avéré que « la demande de platine a chuté dans la bijouterie et l’industrie automobile » d’après Christian Hocquard du BRGM. Tout simplement parce que l’Europe, qui est le seul continent à avoir misé sur ce métal a mis un frein sur son usage dans les voitures. Les fabricants de voitures diesel ont introduit un grand pourcentage de palladium qui est beaucoup moins cher que le platine, utilisé auparavant comme catalyseur.

bague_platine

Le platine, boudé par la bijouterie

Pour ce qui est de la bijouterie, elle boude ce métal précieux et se tourne principalement vers l’or (en savoir plus). Bien qu’elle soit très prisée en Asie, le ralentissement économique et la lutte anti-corruption ne sont guère favorables à son insu pour l’heure. A cela s’ajoute la hausse du billet vert qui pénalise à coup sûr les matières premières, sans oublier la chute des cours de l’or qui entraîne les autres métaux précieux vers le bas. En tout cas, le platine n’est pas prêt de reprendre ses couleurs.

Laisser un commentaire